Concours Illustration

Bonjour à tous, j'organise un concours d'illustrations concernant l'un des personnages principaux d'Atavus, une Cimbres, de Lignée Cimmérienne ; il s'agit donc d'incarner par dessin cet être singulier, la peau couverte de Runes ou de cicatrices, le regard sans commun, la taille exceptionnelle, antique, primale, à la féminité virile (car c'est une femme) en quelque sorte, le port altier, le charisme sans pareil : du pourpre, vert et ambre pour les apparats et habits seront préférés.

Le dessin le plus représentatif, et son illustrateur, seront récompensés d'un exemplaire d'Atavus et peut-être une future collaboration pour mes prochaines productions, à la fois sur le net et en édition !

Pour me contacter : rf.kooltuo|suvata#rf.kooltuo|suvata et évidemment sur Facebook (voir menu à droite et ci-dessus).

Merci

prince10.jpg

(extrait)
Elle, elle était déjà campée face à ces fous la défiant : elle les dominait de sa haute taille insensée ! Elle avait la noblesse d’une Cimmérienne dans l’allure et, dans l’éclat translucide de ses yeux, la pureté de la glace. Presque à demi-nue, elle ne semblait craindre ni les Éléments soulevant sa longue chevelure noire tressée ni souffrir de ses chairs transies par la pluie – sa peau ne frissonnait même pas ! – et le métal de son armure lui ceignant les reins, la poitrine et les cuisses. D’une beauté inquiétante et à l’aura plus saisissante encore, elle brandit alors une longue épée. Son visage était peint de bandes blanches et ses paupières, mi-closes, peintes de noir comme les femmes des âges anciens quand l’humanité était encore animale.

(extrait)
Certes son casque, entrouvert par endroits pour laisser passer sa longue chevelure brune, rehaussait sa taille… mais celle-ci demeurait exceptionnelle, dominant les plus grands de ses sujets ! Son corps à nu, seulement ceint de mailles froides corsetées jusqu’au sang, ne frissonnait pas. Elle était belle, mais aussi glaciale que le bleu de son maquillage de guerre lui couvrant le visage. Sa peau était si pâle et ses chairs tellement transies qu’on y discernait jusqu’aux veines ; peut-être l’amulette sertie sur un lacet de cuir autour de son cou, la protégeait : il y brillait une gemme étrange comme si un rayon de soleil doré, ambré même, avait été piégé en son cœur… mais c’était là, la seule chaleur transparaissant de cet être presque animal !

guerri10.jpg
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License