De la Terre à la Lune

Retour index : Les Fables


De la Terre à la Lune

A la faveur d’une éclipse
La Terre croisa l’ellipse
Des courbes de sa sœur la Lune
(Car sachez-le elles sont jumelles de fait) ;
De lui porter alors aussitôt rancune :
« Comment moi, la plus belle des planètes,
Expliques-tu que toi, prise dans mon orbite,
Me soumette à ton influence
Alors que tu n’es qu’insignifiance ?
Pire, plus météore que satellite,
Les Poètes te font pourtant charmante Sélène
Quand je ne suis que le jardin de leur Eden ;
Car si les Hommes lunatiques
Rêvent de tes charmes oniriques,
Ils labourent mes chairs,
Extraient mes précieuses pierres,
Pillent mes ressources
Et souillent mes sources !
On t’aime ainsi, laide et stérile,
Quand moi, si généreuse et fertile,
On use de mes charmes nus
Et abuse de mes vertus ! »
Eclipsant d’une grimace
Sa claire et voyante face
L’astre, à celui si taciturne,
D’en éclairer d’un apologue alors les lacunes :

« Ce qu’on phantasme est lunaire,
Ce que l’on a, toujours plus terre à terre ! »

Auteur : Val


  • « De la Terre à la Lune » : Fameuse nouvelle de Jules Verne
  • Eden : Le Jardin biblique puis poétique des paradis perdus…
  • Ellipse : A la fois une omission littéraire et la trajectoire d’une courbe ou d’un astre spatial
  • « … influence » : La Lune en effet détermine les marées, vents et nombreux autres phénomène sur terre
  • (jumelles de fait) : La Lune et la Terre avant de s’être séparées semblent n’avoir constitué qu’un même amas…
  • « … lunaire, » : En littérature ce qui est chimérique et impossible à atteindre
  • Sélène : Nom poétique de la Lune issue de la Mythologie
hdfwab12.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Histoires de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License