L'Anneau et la Fée

Retour index : Les Fables

  • Fable dans le cadre d'un exercice portant sur l'illustration des sept péchés capitaux, ici l'Avarice mais aussi pour les Chroniques d'Atavus (à retrouver sur le site)…

L'Anneau et la Fée

On dit qu’il y eut un âge d’Or :
C’était à l’aube de l’humanité
Quand chacun partageait la vérité…
… Pourtant il en vint un dès lors
Que l’on nomma sombre,
Un temps de fer et d’ombres
Où chacun se disputa le Pouvoir,
Cercle convoité dont le sceau
Fut incarné en un simple… Anneau !
Légende devint cette histoire
Et, après que tous s’entretuèrent
Dans d’affreuses guerres,
Il fut alors perdu…


Dans des eaux dont le destin
Eut cours dans celles du Rhin
D’où on dit qu’une Fée, lors d’une crue,
Retrouva ce trésor tant désiré
Au bas d’un rocher :
Elle était aimante
Et d’un mortel l’amante,
Être dont la jeunesse
Portait du nouveau monde la promesse
Et l’innocence ;
Par cette alliance
Elle cru sceller leur amour merveilleux
D’un présent si précieux :
Ce fut là son mal
Car l’homme à la vue du métal
Dupa la créature de songe,
Attendant que la belle soit assoupie
Pour la voler une fois endormie,
Non sans de ce mensonge
En lier son âme au forgé artifice
Et, comme tous ceux en usant, à son maléfice :

Qui prend par vice
Devient l’objet de sa propre avarice

Depuis lors, sans pareille
Appelle l’éplorée Loreleï,
Semblant douce Sirène
Pour qui entend sa peine
Mais, alors trop s’approchant,
Dans ses flots traîtres
Ne peut plus se dépêtre
De la malédiction de son éternel chant…

Auteur : Val


(Commentaires à venir)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License