L'Usurier et son autel

Retour index : Les Fables


L'Usurier et son autel

Ayant fait rapine des biens d’autrui
Un Usurier, cumulant leur crédit,
Eut assez d’Or
Pour d’un lingot en faire tout son trésor ;
Lui fallait-il toutefois cache
Pour que nul ne le sache ;
Ainsi fit-il ériger autel par un ouvrier
Qu’il congédia à peine son mortier posé
Versant, en sus des arrhes,
Double du prix bien qu’il soit connu avare…

… Dés lors depuis la fin des travaux
Jamais on ne vit homme plus dévot,
Chaque jour rendant prière
Tant sincère
Qu’on manqua de le faire saint !
Mais, un matin,
Voilà brisés la pierre
Et au-dessous son reliquaire,
Les lamentations du si pieux
Pleurant son perdu argent
L’en faisant soudain moins croyant
Quand il invectiva d’insultes les cieux !
Saisissant la scène
Un Fabuliste passant là,
Avec espièglerie railla
Alors sa peine :
« Heureux tu étais, louant
Ce qui s’y trouvait là avant :
D’y placer en lieu même un caillou
Suffira bien itou !
Quant à ton voleur
Une fois dilapidé son larcin
Il n’aura plus rien
Que son précédent malheur…

… À moins, ce serait drôle, que ta ferveur
N’ait été prise tant à coeur
Que de l’offrande, Ô miracle,
Les Dieux en aient emporté jusqu’au tabernacle ! »

De toutes les valeurs
Il n’est que celle du coeur
Qui ne coûte
Alors qu’elle les vaut toutes

Auteur : Val


  • Arrhes : Somme avancée avant travaux ou commande.
  • Dévot : Personne très pieuse.
  • Reliquaire : Emplacement où était déposé objets sacrés ou ossements d’illustres.
  • Tabernacle : Meuble d’Eglise accueillant les objets rituels.
  • Usurier : Nom donné aux Prêteurs d’argent non agrémenté usant de taux d’intérêts extravagants par rapport à ceux du marché.
hdfwab12.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Histoires de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License