La Druidesse et la Guerrière

Retour index : Les Fables


La Druidesse et la Guerrière

Aux âges épiques
De l’ère Celtique,
Une Guerrière redoutée aperçue
Une Druidesse presque à demi-nue
Alors qu’un froid cinglant et rude
Châtiait les corps, surtout les moins prudes !
« Nonne, que fais-tu en cette plaine
À souffrir du Vent les peines
Et à te découvrir
Aux vues de rôdeurs bien pires ! »
Comme un mauvais présage
Apparurent au loin ennemis sauvages,
Semblables à des spectres sans âmes,
Cavalant déjà vers les deux femmes…

« Fuyons, il est encore temps ! »…
… « Pas pour la foulure de ma cheville ;
Mais n’ai crainte jeune fille,
La Foi aux Eléments
Vaut toutes les armes ! »
Désarmée par l’hérésie de la Dame,
La combattante portant la sienne à sa seule lame
Refusa de partir, son vacarme
Préféré à toute autre lâcheté
Même si elle reprocha à sa protégée
Le manque de prudence
Liée à son aveugle croyance
Face à cette charge d’Aurochs
Dont le fracas annonça l’imminente bataille…

Quand soudain une faille
Révéla ce qui n’était là qu’un Loch
Sous la troupe et leurs pas,
Sa fragile surface
Couverte de glace
S’effondrant sous leur poids !

Qui croît
Jamais n’y ploie,
Mais celui qu’à ce qu’il ne voit
Souvent s’y fourvoie

Auteur : Val


(commentaires à venir)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License