La Falaise et le Vent

Retour index : Les Fables


La Falaise et le Vent

Venu de la Mer,
Mugissant de colère,
Un Vent fougueux et fier
Trouva Falaise, véritable mur de pierre,
Pour briser brutalement sa course !
Point à cours de ressource
Aussitôt de reprendre élan
Depuis le large de l’océan
Pour à nouveau… y buter !
Et buté notre éthéré être
De l’être,
Assez du moins pour répéter
Encore et encore
Ce sempiternel effort,
La roche
Moquant de l’air ses piètres approches
Ne lui faisant gré
Que de quelques poussières de grès…

Pourtant fallut-il mille ans
Ou cent fois d’autant,
Notre Borée, les soufflants sans failles,
D’une finit par en éroder la muraille
Jusqu’à ouvrir brèche
Donnant raison qu’on puis soulever des montagnes
Si à l’esprit aucune limite ne le gagne !
Ce qu’en revêche
L’effondré rempart
Fit maligne thèse contradictoire :

« Certes libre est ta puissance
Mais de volonté… sans plus de sens ! »

Ainsi de ce qu’on veut franchir
Et qui rassemble nos forces :
Une fois relevé ce sacerdoce,
Quoi pour davantage les réunir ?

Auteur : Val


  • Borée : La personnification du Vent du Nord dans la Mythologie Grecque… Il enleva la princesse Orithye, l’emportant avec lui, en étant amoureux.
  • Ethéré : Qui n’a pas de substance palpable.
  • Grès : Type de roche.
  • Sacerdoce : Fonction demandant un grand dévouement.
ddhcou10.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Drôles de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License