La Graine et la Sécheresse

Retour index : Les Fables


La Graine et la Sécheresse

Ce récit eut cours dans un désert,
Un no man’s land
Aux seules légendes
Permises par l’imaginaire :
Ainsi, même avec peine,
Faut-il croire à l’un de ses grains,
Non de sable,
Mais seule parmi ceux-là innombrables
Et au plus singulier destin
D’une miraculeuse graine
Qui, tel le Poète dans un océan d’ennui
Attend une idée de génie
Pour y encrer ses écrits,
Guettait la venue de la pluie !
Un an, cent, des milliers, tant
De temps pour que ses eaux coulent
Quand à force qu’il s’écoule
En vienne enfin l’inespéré moment…

Présage
Qu’un solitaire et d’on ne sait où nuage
Vint d’une humide caresse
Soulager soudain la rude sécheresse :
D’une goutte,
Notre plante fut ainsi absoute…
… Certes de sa patiente,
Mais aussi de son existence
Car cette reviviscence
Conclue là sa vie d’espérance,
Son unique et éphémère floraison
La condamnant avec pour de bon !

Tant de vains efforts
Pour se faner aussi vite à la mort
Me direz-vous ?
Pourtant la plupart parmi nous
Au moindre éclat de soleil
Prête même merveille
D’y trouver là pareil espoir
Bien que l’ombre le voilera aussi, tôt ou tard…

Auteur : Val


(commentaires à venir)

ddhcou10.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Drôles de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License