La Lune et le Bout de verre

Retour : Le Fablier d'Or

  • Auteur : Pierre Moreno

La Lune et le Bout de verre

Dans le fond d’un fossé,
Un bout de verre cassé,
Débris d’une bouteille
De bière, se met, ô merveille,
A luire sous l’éclat
De l’astre somnambule.
Bientôt, Vers, Cancrelats
Et autres noctambules,
Viennent voir de plus près
Ce mystérieux phare,
Qui brille au bord des prés.
L’illustre personnage,
Natif de Saint-Gobain,
Pense qu’il est soudain
L’objet de cet hommage :
« J’étais, sans le savoir,
Une éclatante étoile,
Éclipsée dans le noir.
Le ciel enfin dévoile
Un à un mes diamants.
Bigre !
Babylone en son temps
Resplendit-elle autant
Sur les rebords du Tigre ? »
Un nuage passa
Sur le chétif éclat,
Dont la splendeur s’écroule;
Plus d’effet, plus de foule.
Comme dans cette histoire,

Le reflet veut parfois
S’attribuer la gloire
Dont il n’est qu’un éclat.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License