La Mort et son Assassin

Retour index : Les Fables

* Fable inspirée par jeu du Fabuliste contemporain, Pierre Moreno…


La Mort et son Assassin

« Au long des ères,
Même la Mort peut mourir…
»

Là où ne dure qu’un soupir
L’existence de la nôtre si éphémère,
Voilà prière bien improbable :
Pas pour le héros de cette Fable
Et sa quête ineffable
Voulant de tuer notre incunable !
Ainsi, lors d’une nuit morne,
D’épier l’exécutrice des Nornes
Qui, il l’avait déjà vu,
À chaque nouvelle éclipse
S’enfonçait dans son Styx,
Vulnérable et entièrement nue,
Sans autre jouvence sous cette fontaine
Que d’y ressourcer sa peine…

La laissant choir ses noirs apparats,
Avec prudence il s’approcha
Une fois sa peau cireuse
Disparue sous les eaux sirupeuses
Dérobant à cette faucheuse
La lame vicieuse
Qui tranche le fil
Des âmes mortelles et si fragiles :
Se penchant au-dessus de la surface
Pour avec noyer dans son sang
Celle aux crimes si indécents,
De la voir… en face !
Enfin plutôt le pâle ombrage
De sa propre image
Déformée par un teint
Au reflet pareillement assassin :

Résolu, il laissa alors à son bain l’entité
Ne faisant là que retrancher,
Mue d’un même dessein sans doute,
Ce qu’après tout la Vie, elle, ajoute…

Auteur : Val


(commentaires à venir)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License