La Naissance des Fées

Retour index : Fables & Fées


Pourquoi les « Fées » ?

Le terme même de « Fées », en effet (jeu de mot involontaire… quoique) a une origine Latine, celle liée aux noms de « Fata » ou « Fatum ».
Fata, Fatae et Fatum sont des expressions d’une même philosophie, celle du DESTIN.
Cette « Fatalité » (dérivatif de Fate) est liée à sa croyance, à sa destinée, à ses prophéties, à ses oracles, augures, à ses lois, à ses prédictions mortelles, à ses menaces, à la Mort même et à toutes les voies du Destin. Les Fées sont donc d’une manière ou d’une autre liées au Destin…

Alors en sont-elles les filles telles des incarnations sublimées ? En sont-elles les maîtresses, les Prophétesses ou les Messagères ? En connaissent-elles le cours ? L’influencent t-elles ?
Là est toute la magie des Fées…
… et quand on parle de Fées, la magie n’est jamais lointaine !

fae_fo11.jpg
Origine des Fées

Outre la signification de leur nom même, les Fées, filles du Destin, sont à rapprocher d’une famille plus large liée à cette philosophie particulière.
Il est une parenté évidente avec les Prophétesses et Maîtresses du Destin que sont les Moires, Parques et Nornes. Ces incarnations féminines du « Savoir » sont forcément proches d’elles. Mais qu’en est-il des Nymphes, des Muses, des Elfes (ou Alfes, étymologiquement semblable aux Fées) ou des Asynes ? Avec ces dernières on se rapproche d’un imaginaire plus doux et enchanté. Il y a toutefois plus méconnu encore… C’est là ce que l’on dissimule souvent dans une famille, ce que l’on ne préfère pas évoquer. Mais la Fée est aussi associée dans son monde à l’Ogre ou au Troll. Et cette vision plus sombre du merveilleux, pourtant indissociable, existe quand on parle des Fées. Ses « Sœurs » plus troublantes portent des noms intimant peur, menace, crainte et même terreur…
Euménides, Erinyes, Furies, Harpies, Kères, Stryges ou les terrifiantes Valkyrjas, les démons femelles plus connues sous leur incarnation féminine, les Valkyries.

On voit donc que la famille des Fées est incroyable et sans aisance à en fixer l’étendue. On trouve dans toutes les cultures la représentation de ces esprits enchantés. Les Apsaras, les Banshees, les Kitsunes, les Sirènes, et milles autres incarnations légendaires encore…
… milles incarnations toujours féminines.

Une âme est-elle sexuée ? Une Fée ne peut-elle qu’être dotée d’une âme et d’une apparence féminine ? Une Fée est-elle une Femme…

Culture des Fées

Alors les Fées proviennent-elles d’une Culture ou en une propre ?
Voilà encore peu on associait aux choses inexplicables, aux objets sacrés, aux endroits troubles ou aux Forêts le dérivé même de leur nom, « Faé » ou « ». On prêtait ainsi un enchantement aux choses et aux lieux. A l’Antiquité on les priait pour qu’elles se penchent sur les nouveaux-nés, on les invoquaient pour protéger des lieux sacrés, on craignait aussi leurs sorts, leurs envoûtements et leurs malédictions.

Mais partout et chacun rêvait et rêve toujours de les rencontrer…
Incarnations des charmes de la Nature, symboles du merveilleux, esprits tutélaires, esprits chtoniens, esprits élémentaires, enchanteresses, femmes de pouvoir et de savoir, fragiles et terribles… Mais qui et à quoi ressemblent vraiment les Fées !

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License