La Truite maligne

Retour index : Les Fables


La Truite maligne

Une Truite, d’âge mûr
Mais à l’expérience sûre,
Riait bien sous écailles
Des plus jeunes poiscailles
Quand, au moment du retour au bercail,
Ceux-là trop près de la surface
De se faire piéger dans les nasses
Et mailles
De plus futés pêcheurs…
… Elle riait de bon coeur
Quand ses soeurs,
Au lieu comme elle de jeûner
Et par trop affamées
Se jetaient sur quelques vers, leurres
Dissimulant tranchants hameçons,
Se gardant bien de leur en faire la leçon…
… Ainsi, au fond de son lit,
Elle laissait ses congénères,
D’autant les âmes les plus guerrières,
Se sacrifier aux dangers et ennemis
Des eaux vives
Pour que leur descendance y survive…

Pourtant au gré de leur cours,
Si on dit les Poissons sourds,
Le nôtre fut par le temps
Frappé d’aveuglement
Et des maux inhérents à toute vieillesse :
Mais de son espèce
Plus un alevin
Pour lui rappeler son chemin
Ni aucun de son clan
Pour le guider dans les courants ;
Non, désormais seul,
Nul même pour porter son pathétique linceul…

Ainsi le lâche qui à s’épargner
Pense trouver la paix :
Comme au soir de sa vie
Il en payera alors le prix !

Auteur : Val

  • Inspiré d'un vieil apologue plus guerrier :

Le lâche croit qu’il vivra toujours
S’il se tient loin de la bataille,
Mais la vieillesse le privera d'une paix
Qu’une lance lui aurait accordé !


Alevin : Jeune Poisson.
Linceul : Tissu par lequel on recouvre un mort.
Poiscailles : Nom populaire pour désigner de la menue friture et autres petits poissons.

ddhcou10.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Drôles de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License