Le Batracien et le Coquillage

Retour index : Les Fables


Le Batracien et le Coquillage

Venu d’un pays bien loin du sien,
Un jour, arriva un Batracien
Sur les sables océaniques d’un rivage
Qu’il prît pour un heureux présage…

- Il faut dire que notre Amphibien
Fuyait la compagnie des siens,
Ceux-là ne coassant que de propos Païens,
Lui qui était en quête du Divin -

… Ce que l’histoire ne dit pas
C’est qu’à l’époque où il était encore têtard,
L’animal avait voulu se faire aussi lard
Qu’était gros un bovin gavé de blé gras :
On cru qu’il creva
Mais il se remit de ce trépas.
Peut-être ne l’aurait-il fallu
Car depuis le miracle vécu
L’Anoures devint prédicateur
Cherchant partout son « Sauveur »…

… Sa quête l’échouant en cette plage,
Lui, l’ermite, cru ainsi voir mirage
Quant apparu non pas un semblable Bernard
Mais Coquillage qu’il ne prit pas pour hasard :
Il avait là son signe des cieux
Tant le mollusque lui paraissait Dieu !

(De la taille d’un boeuf,
Sans doute fut là l’attrait
De notre crapaud en cette coque nacrée,
Son pêché, même s’il n’en fit jamais aveu)

De l’air notre pénitent alors d’un saut
Du baptême d’y bondir aussitôt
Cherchant en ses fonds baptismaux
L’icône de ses idéaux…
… Un affamé Gastéropode qui telle une hostie
Avala par passion notre « Illuminati » !

Malgré cette leçon, encore bien des Grenouilles
Devant d’autres Bénitiers s’agenouillent
Confiant leur à de tels appeaux
Leurs âmes et chairs alors qu’ils ne sont qu’os !

Auteur : Val


Oint : Faire l'Onction… Geste consistant à passer une huile sacrée sur une personne.

prix_p11.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Le Fablier de Val)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License