Le Conseiller du Prince

Retour index : Les Fables


Le Conseiller du Prince

« Toi qui as du Prince l’oreille,
Mets-lui y donc la Puce
Qu’il sommeille quelques Spartacus
Ignorés depuis son trône :
De ceux que tu lui prônes,
Voilà judicieux conseil ! »…

Par un homme de la Plèbe
Ainsi apostrophé
Le dit Conseiller,
Ayant la grâce d’un Ephèbe
Mais l’esprit implacable,
Annihila tel Crassus
Et d’un même cynique rictus
Cette vaine révolte d’un ton affable :
« Il est un tort
De penser qu’en haut on t’ignore ;
En effet d’ici bas,
Du Roi, tu ne juges son envergure
Qu’à l’aune de ta propre mesure
Quand, de tous ceux comme toi,
Lui seul en accommode l’étendue !
Voilà pour vos positions
Et vos conditions…

Alors prêtes donc Vertu
Que je rapporte tes doléances
Jusqu’au ciel,
Moi, Machiavel,
Malgré ce qui t’en sépare en distance ! »

À la base d’un mont
On n’en voit que le pied
Quand de son sommet
On y perçoit jusqu’à l’horizon

Auteur : Val


(Commentaires à venir)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License