Le Coucou qui se voulut franc...

Retour index : Les Fables


Le Coucou qui se voulut franc…

Le Mensonge est le parasite de la Vérité…

…Voilà adage dont aurait du faire sien
Un « Coucou » peu malin
Pour ne point à son tour l’éprouver.
À ceux ignorant sa nature,
Autre que l’onomatopée
De son cri par le peuple prêté,
Sachez que c’est bien par ce mauvais augure
Qu’il annonce parmi les Moineaux
De leur nid en être l’escroc !
Si le Commun n’y entend
Que l’arrivée du Printemps,
Le lettré ès Latin, gens
Dit plus Savant,
Sait qu’il est Cuculus
Plus perfide encore que Brutus
Tuant non pas le père
Mais bien de vilaine manière
Pondant fratricide oeuf parmi ceux des Passereaux ;
Tout juste éclos
L’infâme jette hors de leurs abris
Les autres petits
Continuant à se travestir
Pour que les parents s’échinent à le nourrir
Lui qui n’aura fait que leur mentir
Et leurs rejetons fait mourir…
…Vint pourtant celui de cette Fable,
Trop gros pour son nichoir,
Qui au pied d’un Erable
Tomba de son perchoir :
Tentant un envol
Le voilà soudain plaqué au sol
Par la patte d’un Renard,
Coutumier de faire son lard
Des Oisillons livrés avant à ses crocs.
« Maître Goupil, vous faites erreur !
Des autres, faux-Frères et Soeurs,
Je ne suis point du même lot … »

« … Que m’importe vos secrets de famille
Car, sustenté de leur repas,
Je suis certain que votre gras
Sera tout aussi bon pour mes papilles ! »

Celui qui toujours ment,
Si par ce fait il est connu,
Jamais ne sera cru
Même alors franc !

Auteur : Val


  • Brutus : Fils de César qui le fit assassiner.
  • Coucou : Ce terme regroupe un ensemble d’espèces d’Oiseaux aux caractéristiques communes qui ne sont pas tous « parasitaires » comme celui bien connu se faisant passer pour un nouveau-né auprès des parents du rejeton tué par ses soins !
  • Goupil : Terme médiéval pour désigner le Renard.
prix_p11.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Le Fablier de Val)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License