Le dernier jour de la Terre

Retour index : Les Fables


Le dernier jour de la Terre

Il fallait bien que cela arrive,
Même si par milliards
Ses années décomptaient sa longue histoire :
Je parle de la Terre et sa lente dérive,
Inexorable et inéluctable,
L’emportant au jour à peine imaginable
Qu’il soit ici son dernier…

« Qui est né poussière,
Finira… dans celles stellaires !
»

… D’accord, c’est un triste fait ;
Mais quid de la planète bleue ?
Rien pour la sauver ? Pas même les Dieux ?
Ses eaux, ses forêts,
Toutes ses créations et ses beautés
Aussi vainement annihilées ?
Et nous, humanité,
Si échouant à approcher d’autres astres
Nous n’avons pu échapper au désastre,
À quoi bon le rêve de Babylone,
La civilisation Pharaonne,
Les conquêtes de César,
Le génie de Mozart,
Nos enfants et nos mémoires…


Allons, point de désespoir :
Si le temps passe,
Toujours il nous dépasse,
Et, peut-être, dans ses espaces
Et trous noirs,
Garde t-il pour toujours nos espoirs,
Oui, quelque part…

Auteur : Val


(commentaires à venir)

ddhcou10.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Drôles de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License