Le Farfadet et le Troll

Retour index : Les Fables


Le Farfadet et le Troll

En un âge et une contrée lointaine,
Un royaume paisible
Vit fléau indicible
Menacer son peuple et sa sage Reine :
Et pour y tenir rôle,
Un terrifiant Troll,
Nul n’en ayant jamais vu de si énorme,
Cruel, laid et difforme !
Là où il aurait fallu une armée
Pour le repousser,
Trop de temps de paix
Avait nui à préparer toute guerre
Et les chevaliers même les plus fiers
N’avaient plus la gloire du passé…

La Dame régnante, aussi désespérée
Que sa cause, alla dit-on la plaider
À ceux dont jadis ses aïeux furent alliés :
Gens de féerie
Dont craignant la sorcellerie
On oublia jusqu’à leur maudit bosquet,
Désormais l’hôte d’un Lutin égaré
Pour seule créature enchantée !
Gens de cour
Saluèrent de leur Princesse le secours
Mais quand rien n’égratigne
Du monstre le cuir
Comment voulez-vous ne pas rire
D’un Farfadet aux flèches d’épines !

Certes on ne revit jamais la bête
- Dit-on incapable
D’ôter une insupportable
Pointe s’étant dans son dos
Glissée sous la peau

Mais si on fit fête
Ce ne fut point de notre héros…

Peut-être une fois de trop
Car si beaucoup moque pareillement
De tels Contes pour enfants,
Sans doute moins leur Fable quand on voit,
Alors revenus des bois,
Les mêmes depuis s’acharner
De leur chair à extirper
Quelques vicieuses (et revanchardes)…
… Echardes !

Auteur : Val


(Commentaires à venir)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License