Le Félin et la Taupe

Retour index : Les Fables

  • Fable inspirée par un exercice scolaire auprès d'élèves…

Le Félin et la Taupe

Un Félin, qui avait perdu l’un de ses yeux,
S’était fait vœu
D’en quérir un autre en lieu
De celui crevé et si affreux…
… Quittant donc son foyer
Notre devenu Haret
Y soumis à beaucoup l’utopie
Glanant bien des railleries
Si ce n’est d’une Taupe plus civilisée,
Son dernier pis-aller :
Il faut dire qu’au fond
Notre borgne connaissait de la bête, Mineur
De toutes les profondeurs,
Sa science des excavations
Et par là-même
Ses plus féeriques gemmes…

Notre terrassière, au mal de son ami
- La pauvre frappée de myopie -
De proposer son aide
Et, promis, un remède !
Disparaissant sous terre
D’y remonter bientôt précieuse pierre,
Chrysobéryl à la pureté minérale :
Toutefois, malgré un regard pareil à l’opale,
Point de nouvelle vision au fauve animal
Retrouvant son instinct bestial
Pour venger cette offense…

… Dont la trahie fit incisive et meilleure défense
Perçant le vert et moins sain « œil » du Judas
Qui, de celui dit « de Chat »,
Aurait du s’en contenter
Comme l’avertie cette célèbre moralité :

Un tiens, même s’il donne la berlue,
Vaut mieux que deux non perçus !

Auteur : Val


Chrysobéryl : Minéral coloré par le fer le composant et qui pour certaines formes rappellent les yeux des Chats, d’où son nom plus usuel… « Œil de Chat » !
Gemme : Pierre précieuse.
Haret : Chat domestique retournant à la vie sauvage.
Judas : Outre le personnage symbolisant la traîtrise, également « l’œil » par lequel on regarde au travers d’une porte
Vert : Jeu de mot avec « Œil de verre »…


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License