Le Louveteau et le Trappeur

Retour index : Les Fables


Le Louveteau et le Trappeur

« Ne mords jamais
La main qui te nourrit »

Voilà adage dont, trop petit
Ou par trop affamé,
Ignora un Louveteau encore agressif
Et depuis peu captif,
Même s’il n’était Davy Crockett,
D’un fameux Trappeur
N’ayant eu coeur
À achever la bête
Malgré le massacre de toute sa meute.
Mais, on l’a dit, le jeune fauve fit émeute
Mordant un jour de ses crocs blancs
Le Louvetier qui le battit en retour aux sangs
Le laissant à l’agonie, éborgné !
L’animal parvint à gagner toutefois la Forêt,
L’appelant à y trouver liberté
Et, on peut le penser,
À faire de notre première moralité
Sauvage vérité
Pour qui veut se rebeller…

… Ajoutons-y pourtant malignité
Quand, bien après, notre Chasseur
Partit seul en éclaireur
Fit depuis une pente abrupte,
Perdant son arme, terrible chute.
Attiré, le rejoint alors effrayant Ysengrin,
Lui manquant oeil !
Le reconnaissant, lui qui en fit l’accueil,
De mander grâce au mutin
L’ayant épargné et assouvit sa faim…
… Voilà qui fut peu malin
Car notre Loup borgne, désormais le maître,
De ses chairs aussitôt s’en repaître
Ayant bien retenu de la Fable l’introduction
Pour en faire la suivante conclusion :

« Ou, si tu le fais, sois sûr
De ta morsure ! »

Auteur : Val


  • « Croc blanc » et « l’appel de la Forêt » sont deux célèbres aventures littéraires du fameux Jack London…
  • Davy Crockett : Héros Américain et célèbre Trappeur, entre-autre, devenu un personnage récurrent lorsqu’on fait référence aux longues traversées dans la nature sauvage.
  • Ysengrin : Le Loup dans les anciens temps.
hdfwab12.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Histoires de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License