Le Polichinelle et son secret

Retour index : Les Fables


Le Polichinelle et son secret

Le Secret à tout Pouvoir :
Celui d’y croire,
Celui de le savoir,
Celui, le révélant, de s’en attirer la gloire…

D’un monte-en-l’air, ici chose entendue :
Ainsi donc notre hurluberlu
De vouloir dévoiler
À tous le plus fermé,
(Enfin le mieux gardé,
Donc forcément le plus convoité)
Caché à l’intérieur d’un coffre ;
Une trop belle offre !
Même si ce n’est guère vertueux
Le drôle était en cet art talentueux
Pour après mille périls
Et chausse-trappes
De rire sous sa cape
Quand d’un geste habile
Il força la serrure du fameux boîtier :
Mais bien trop hâtif
Fut notre Polichinelle si naïf
N’y trouvant… que la propre Clé !

(Bien la preuve
Qu’on apprend plus dans les épreuves
Et que les métaphores
Sont parfois plus précieuses que tout or)

Néanmoins je vous sens déçu
Avec cette fin inattendue,
Si, si… Alors, pour me faire pardonner,
De vous confier
Autre vérité
Qui, si vous en percez
Tel notre cambrioleur
La dissimulée teneur,
Vous en fera partager dit-on le défaut…
… La curiosité, son alter-ego :

Il est sans danger de dire son secret à un,
Le raconter à deux est déjà folie
Mais le partager à trois est irréfléchie,
Tout le monde le saura à la fin !
1

Auteur : Val


Chausse-trappe : Ancien nom de piège, généralement des pointes de fer dissimulées sous le sol.
Monte-en-l’air : Voleur ou Cambrioleur opérant généralement de nuit et escaladant les façades.

ddhcou10.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Drôles de Fables)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License