Les Naufragés et leur salut

Retour index : Les Fables


Les Naufragés et leur salut

Réunis dans une ravine asséchée,
Quelques Insectes partageaient société
En ce royaume
Quand un Bousier plutôt bonhomme
S’immisça parmi ce noble parterre
Présentant sa pelote de purin et de terre
Pour allégeance à sa cour…
… La farce tourna court,
Abeilles, Coccinelles,
Lampyres ou Syndelles
Moquant aussitôt ce porteur d’écrouelles
Aux relents pestilentiels
Quand un soudain déluge
Vint emporter nos démiurges
Dans le lit retrouvé du ru !
Ailes et élytres déjà noyés
Tous nos naufragés,
Leur cause perdue,
D’alors mander secours à notre Scarabée
Flottant sur sa puante bouée…

« Un saint sauveur,
Moi de si peu sainte odeur ?
Allons, il serait malvenu
Eut égard à vos rangs, bien qu’ici déchus,
De trouver salut
Auprès d’un parvenu
Si peu insigne ! »

Dernière tirade bien maligne,
En fait ici prétexte
À faire état qu’au seul contexte,
Alors changeant, des uns jusqu’ici les juges
Aux mêmes de jouer les transfuges

Auteur : Val


(commentaires à venir)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License