Les Pêcheurs et leur prise

Retour index : Esope revisité !


Les Pêcheurs et leur prise

Tirant depuis la grève une seine
Avec la plus grande des peines,
Ses Pêcheurs ahanaient sous l'effort
Tout en riant du trésor
Qu'ils ramenaient sur la plage,
Sûrs de son fabuleux présage
Tant lourde était la prise…

Mais alors qu'elle méprise
Quand, émergé sur le sable,
D'avoir du filet la désagréable
Et bien vilaine surprise
De n'y trouver qu'un gros caillou !

Nous autres, méfions-nous,
À trop présumer le meilleur
Il arrive que celui-ci fasse notre malheur
Soit nous décevant,
Soit alors un jour passant

Auteur : Val


Les Pêcheurs de Cailloux

Des Pêcheurs tiraient leurs filets hors de l'eau : comme ils les sentaient plus pesants que de coutume, ils en concevaient bonne espérance. La pêche, se disaient-ils les uns aux autres, sera sans doute des meilleures ; et Dieu sait quels poissons nous allons voir dans nos rets. Leur joie fut courte, car après beaucoup de fatigue, ils eurent vu le fond de leurs filets, ils n'y trouvèrent qu'un gros caillou, que le courant de la rivière y avait amené.

A notre tour, il nous faut considérer combien le cours de la vie est prompt à se renverser, afin de ne point présumer toujours du même succès, et songer que le ciel le plus serein finit par se couvrir de nuages.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License