Portrait Paien
  • Ce portrait "Païen" a été réalisé par Guthrif sur Facebook à partir de son groupe "Portrait Païens"…

QUI ES-TU ET QUE FAIS-TU DANS LA VIE ?

Je suis Val, le nom que je revendique et qui est devenu celui par lequel j'existe auprès des mes proches. Mais je suis né Dieulafait, Patrick, et par chaos puis par amour, je porte dans la vie civile celui de Patrick Chadeyras-Hean.
Je travaille dans la sécurité et j'ai été publié comme auteur de Fables. Né de père inconnu, élevé à la campagne, égaré dans de maigres études à la faculté, j’ai ensuite effectué mon service militaire avant de travailler…
… voilà pour une présentation sommaire et qui n'a pas d'autre intérêt à ne pas le rester.

OÙ VIS-TU ET QUELS SONT TES CENTRES D'INTÉRÊTS ?

Né en Burgondie (Bourgogne), je vis désormais en terres Arvernes (Clermont-Ferrand). Mes centres d'intérêts sont nombreux mais disons qu'aucun ne supplante la passion que j'ai pour mon jeune fils…

COMMENT EN ES-TU VENU AU PAGANISME ? QUELS ONT ÉTÉS LES ÉVÉNEMENTS MARQUANTS DE TON PARCOURS PAÏEN ?

Je rejoints les deux questions car c'est un tout et j'ai ma propre définition de mes croyances.
D'ailleurs au-delà des croyances, j'ai surtout construit ma propre identité et philosophie de vie. Le terme « Païen » est une catégorisation plus facile et qui se rapproche de celle-ci, n’oublions pas tout de même que ce terme était très péjoratif pour les Romains comme celui de « Barbare » chez les Grecs. Même si je suis issu du monde paysan, ce n'est pas ce terreau de naissance qui a favorisé les racines d'une vision particulière du monde.
Je ne peux donc pas le définir, c'est ainsi, se poser la question tendrait au doute… ce n’est que du ressenti, du lien, le sacré et le symbolisme n’étant qu’émotionnel.
Bref, je ne me suis toujours senti bien qu'en présence des Eléments primaires de la phénoménologie de la Nature et dans leur représentation souvent la plus puissante : tempête, tremblement de terre, foudre, pluie… mais surtout Vent. En ce sens, je suis Élémentaliste, car pour moi, les Eléments et notamment le Vent sont les incarnations des « Puissances supérieures » que j’illustre par le terme « Destin » pour les insuffler d'un dessein leur étant propre. Ils ne sont ni bons, ni mauvais ; ils créent, détruisent, embellissent ou enlaidissent notre passage mais toujours nous accompagnent qu'on les craigne, les rejette ou les ignore : ils sont là. Ils sont une vérité et leurs faits sont têtus !
Ils sont les seules formes sacrées auxquelles je prête sens et foi.
Ensuite, plus culturellement, je me suis rapproché des mythes du Nord (par la lecture des Eddas de Snorri Sturluson) et des peuples Germains (Germania de Tacite) qui pour les premiers les incarnèrent paisiblement par les Vanes (Dieux sages de la Terre) et pour les seconds plus furieusement par les Ases (Dieux aussi guerriers que les Hommes). Le « Wyrd », la philosophie du Destin et son interprétation par les Runes (symbolismes spirituels) a particulièrement retenu mon attention. Son concept de cause à effet et donc de phénoménologie articulée autour d’un dessein intelligent se rapproche le plus de l’Élémentalisme.
En conclusion, mon expérience est contemplative et mon rapport au paganisme, s'il fallait le thésauriser, se nourrit de l'énergie que me communiquent les forces phénoménales des puissances élémentaires.

COMMENT DÉFINIRAIS-TU TON PAGANISME AUJOURD'HUI ? COMMENT LE VIS-TU AU QUOTIDIEN ?

Je rejoints là-aussi les deux questions.
Je suis assez iconoclaste dans l'approche de mon rapport à l'Élémentarisme issue de ma propre identité païenne. Je n'ai pas d'intérêt au vain folklore de reconstituer un polythéisme sociétal qui s'il fût, n'est plus. Je rejette tout dogme, communautarisme, néo-religion ou identitarisme pseudo-historique : ce n'est pas un manque de respect pour les personnes se revendiquant de quelques paganismes ou spiritualités mais l'âge d'or où les hommes et la nature se comprenaient n’est plus qu’une braise dans l’âge sombre qui depuis règne.
Mon « paganisme » est donc une voie guerrière se forgeant sur un chemin et des principes à ne pas déroger quel que soit le Destin de celle-ci. Sans crainte, ni espoir, j’affronte et accepte celui-ci, le maximisant de cette devise :

Courir, toujours courir, survivre, toujours survivre


Je ne fantasme dès lors que par l'écrit (Fables et Chroniques Antiques) ce monde ancien qui n'est plus que poussières emportées par les Vents mais je crois en l'Atavisme, au Destin et aux Eléments sans prosélytisme ni autre vérité que la mienne.

EN TANT QUE PAÏEN, QUELLES SONT TES SOUHAITS POUR L'AVENIR ?

La jeunesse souvent a attrait à l’utopie, celle du retour d’anciens dieux, d’âges disparus, de civilisations séculaires aux temples de marbre voués à la féerie des rêves…
… Moi, si je dois me définir en tant que Païen, alors je souhaite simplement que la mémoire des premiers hommes soit portée comme les Vents portent les âmes damnées. Peut-être mon fils la portera, je le souhaite. Les enfants sont les témoins de nos rêves, faisons en sorte qu’ils ne soient pas les victimes de nos cauchemars…
Enfin, pour résumer, si je suis « Païen » dans ce monde actuel c’est simplement par le jugement de ceux l’ayant écrit jadis pour désigner qui nous étaient le plus semblable :

« Vous renverserez leurs autels,
Vous briserez leurs statues,
Vous brûlerez au feu leurs idoles,
Vous abattrez les images taillées de leurs dieux
Et vous ferez disparaître leurs noms de ces lieux-là »

(Deutéronome Chapitre 12, Verset 3)

À ce seul jugement, je me présenterai donc comme « Païen ».

UNE DERNIÈRE CHOSE À AJOUTER ?

Je trouve l’initiative de Guthrif intéressante quant à dresser les portraits d’êtres aux visions singulières du monde qui les entoure. Merci de cette idée qui cheminera vers son destin, quel qu’il soit, surprenant j’espère.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License