Ricochet

Retour index : Les Fables


  • Hommage aux Fabulistes Contemporains Pierre Moreno et Pierre Simard et à leur Caillou !

Ricochet

Il est parfois chose étrange ;
C’est là banalité
Mais toutefois ici illustrée
D’un curieux échange…

Tout débuta quand un Poète Maître
Surpris le mal-être
D’un simple Caillou
Le suppliant tout à coup
De le jeter au large,
Las de son rivage,
Comptant des eaux et leur voyage
Qu’elles l’emportent en d’autres mouillages :
De gagner ainsi la mer turquoise…

Et pour longtemps sa vase,
Le pauvre balourd
Incapable d’être porté car trop lourd !
Refusant toutefois son sort,
Après maints efforts
Pour se glisser dans d’épaisses algues,
Il fut enfin rejeté par une grosse vague
Sur son ancienne plage
Retrouvant son lumineux paysage
En lieu des noirs Abysses du passé :
Bonheur de courte durée
Quand un autre errant,
Pair de celui jadis le lançant,
Aussitôt le ramassa
Et, allez savoir pourquoi,
De nouveau le jeta dans les flots !

Voyez, on peut trouver cela idiot
Ou en Fabuliste averti
Tirer règle à ce récit
Que notre existence
Ricoche souvent ainsi entre sens
Et incohérence, raison
Ou illusion…

Ah mais j’allais omettre
Le prénom de nos gens de lettre,
Une drôle d’affaire,
Ceux-là portant celui de… Pierre !
(Quand à moi, d’eux de la même veine,
D’en faire l’hommage pas cette scène
Et celui de notre grain,
Galet de sombre destin)

Auteur : Val


(commentaires à venir)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License